Écrire un article avec ChatGPT

Comment écrire un article avec ChatGPT de façon naturelle tout en respectant les contraintes de SEO ? Est-ce qu’on vend son âme au diable quand on accepte de ne pas tout écrire soi-même ?  Les Chatbots vont-ils remplacer les rédacteurs web humains ?

Cela fait des mois que je vois ces questions tourner sur Internet et que je lis des réponses souvent assez farfelues. Après avoir moi-même utilisé ce nouvel outil, je pense qu’il est temps que j’ajoute mon grain de sel à ce sujet de discussion assez polémique.

Comment utiliser correctement ChatGPT ?

Contrairement à ce que laissent penser les médias (mal renseignés sur le sujet, visiblement), il ne suffit pas de demander à ChatGPT d’écrire un texte sur un sujet donné. Les instructions que l’on doit lui donner (appelées « prompt« ) doivent être précises afin de le guider dans la construction d’une structure de page qui soit cohérente.

Le prompt, équivalent du brief de rédaction pour un rédacteur web

Lorsqu’on acquiert de l’expérience dans l’utilisation de ce Chatbot, on apprend de quelle manière rédiger ses requêtes pour que l’intelligence artificielle comprenne ce qui lui est demandé. La structure d’une requête peut se résumer à ces questions : 

  1. Quel est le profil des personnes à qui s’adresse le texte à générer (les personæ) ?
  2. Dans quel cocon sémantique devra s’intégrer la réponse du Chatbot ?
  3. Que devra comporter le plan de page de la réponse (titres et mots-clés) ?
  4. Quel sera le ton du récit et le format du résultat attendu ?

Lorsqu’un client me demande de créer un article pour son site web, il me rédige un brief de rédaction qui me permettra de comprendre ce qui est attendu et sous quelle forme. De même, lorsque je crée un prompt pour une IA telle que ChatGPT, je procède exactement de la même manière : je rédige l’équivalent d’un brief de rédaction. La principale différence est que je sais déjà précisément quel texte je souhaite obtenir au final. Cela me permet d’être très précis dans la rédaction du prompt.

1. Intégrer les assistants de recherche dans les personæ ciblés

De plus en plus, les internautes vont passer par les assistants virtuels pour rechercher de l’information sur le web. Ils n’auront plus besoin de saisir des mots-clés à destination des moteurs de recherche, puis d’aller sur chaque site proposé pour y trouver la réponse attendue. Ils poseront directement la question à l’assistant de recherche (le Chatbot).

Pour que les pages de votre site web aient des chances de figurer parmi les citations de ces assistants, vous devez dès à présent créer des contenus rédactionnels qui soient des réponses potentielles. Ainsi, les assistants de recherche pourront utiliser votre texte dans leurs réponses et ajouteront le lien d’où la citation a été prise.

Les assistants de recherche iront chercher les réponses dans les sites web qui font référence dans leur domaine et qui ont un contenu riche et varié sur le thème cherché. D’où l’importance de créer des cocons sémantiques parmi vos pages.

2. Écrire un article avec ChatGPT : le cocon sémantique

Prenons l’exemple d’un magasin de sports. Il comportera une rubrique par type de sport.

Dans la rubrique « randonnée », on trouvera une page traitant de ce sport de manière générale (comment pratiquer la randonnée, quel matériel choisir, où pratiquer, etc).

Le tunnel de conversion en SEO - copyright Georges VIgreux

Le tunnel de conversion

Ces pages seront reliées aux pages produits sur lesquelles l’internaute pourra passer commande.

Pour finir, l’internaute se retrouvera dans la page d’achat, validera son panier, remplira ses coordonnées, etc.

En marketing, cet enchainement de pages est appelé un « tunnel de conversion« . Les techniques utilisées pour réussir ce tunnel font partie de ce que l’on appelle « l’inbound marketing« .

Pour créer un contenu web optimisé pour le référencement, il fallait auparavant placer des mots clés aux bons endroits des pages faisant partie de ce tunnel de conversion. C’est terminé !

Depuis l’avènement des moteurs assistés par l’intelligence artificielle, ces règles perdent de leur importance au profit de la qualité, de l’intérêt et de l’originalité des contenus. (Voir mon article sur les critères de qualité E-E-A-T de Google).

3. Comment écrire un article pour ChatGPT : le plan de page du prompt

Les internautes ne lisent pas totalement les pages. Telles des abeilles, ils butinent de titre en titre, à la recherche du nectar, c’est-à-dire de l’information qu’ils espéraient trouver au départ.

Vous-même, n’êtes-vous arrivé ici en faisant défiler la page avec la mollette de votre souris, en ne lisant que le texte de chaque titre ? Je parie que si 😉

Il est important de tenir compte de ce comportement en segmentant votre contenu en titres et sous-titres, comme pour cette page. C’est d’autant plus vrai, que l’abeille qui butine, ce ne sera bientôt plus vous, mais un assistant de recherche (dixit Bill Gates). Finis les moteurs de recherche « à la papa ».

Transformez vos titres en questions

Le titre principal de votre page (balise <h1>) doit résumer le thème de celle-ci.

Exemple : <h1>Comment pêcher la truite ?</h1>

Chaque sous-titre pourra être une question déclinée depuis ce thème.

Exemple : <h2>Quel matériel pour pêcher la truite ? »

Il faudra toujours respecter la hiérarchie des titres (h1, h2, h3) afin d’aider les robots d’indexation à comprendre l’organisation de votre texte, comme dans le schéma suivant :

schéma montrant la hiérarchie des titres HTML en référencement naturel - Georges Vigreux consultant SEO

Exemple création de contenu web : hiérarchie des titres

Ce bloc est précédé d’un titre de taille 4 (balise <h4>). J’utilise une variante du mot-clé : « création de contenu web », complété par les termes « hiérarchie des titres ».

J’ai bien entendu caricaturé pour que mon exemple soit parlant, mais voici comment, en imbriquant des blocs de textes qui respectent une hiérarchie dans les titres, vous parvenez à faciliter l’analyse de votre texte par les moteurs de recherche.

Bien évidemment, un bon rédacteur web freelance maîtrise parfaitement ce type de technique d’écriture et saura vous créer des pages dont la lecture sera fluide et intéressante.

Nota : toutes ces règles dites « règles SEO » sont sur le point de devenir caduques. En effet, d’assistants de recherche tels que Bing AI et bientôt Google Bard vont totalement changer la façon de trouver des informations sur Internet.

Si vous ne voulez pas rater le coche, il va falloir modifier rapidement votre site web.

Créer un contenu web de qualité pour des personæ

Si vous n’avez pas encore quitté cette page, c’est que le sujet dont elle parle vous intéresse. J’ai bien entendu choisi le thème de cette page en ciblant des personnes telles que vous. Je me suis posé plusieurs questions : 

  • quel profil de personne peut s’intéresser à la création de contenu web ?
  • quelles informations souhaitez-vous trouver sur cette page ?
  • quels termes allez-vous taper dans le moteur de recherche pour arriver jusqu’ici ?
  • que puis-je vous apporter comme informations intéressantes dans cette page ?

En e-marketing, on appelle « personæ » les profils des internautes pouvant s’intéresser à un sujet précis. Toujours en caricaturant, si vous vendez des chaussures de trekking en montagne, ce sera principalement pour des profils sportifs, plutôt jeunes (c’est de l’endurance), plutôt intéressés par la Nature et disposant de revenus suffisants.

Importance du persona pour la création de contenu web

Vous pouvez lire cette page pour plusieurs raisons : 

  1. Vous êtes en train de vous former au métier de rédacteur web et vous lisez ce que proposent les professionnels déjà en place. Merci, cela me flatte 😉
  2. Vous recherchez un rédacteur web qui connaisse son sujet. En me lisant, vous cherchez à tester mes connaissances
  3. Vous êtes un respectable concurrent et vous regardez comment j’aborde le sujet de la création de contenu web
  4. Vous attendez votre train depuis une heure et vous avez cliqué un peu au hasard dans Google…

Je ne peux évidemment pas deviner laquelle de ces possibilités correspond à votre persona, mais je sais que le 2e cas correspond le plus au type de personæ que j’espère avoir comme lecteur 😉

À partir de cette conclusion, je vais donc chercher à montrer mes connaissances, sans utiliser trop de termes techniques que seul un confrère pourrait comprendre et en utilisant un ton qui soit à la fois simple et didactique.

Bien évidemment, afin d’apporter la preuve de ma démonstration sur cette page, je terminerai mon tunnel de conversion, non par un bouton d’achat, mais par ce magnifique bouton vous proposant de découvrir mes prestations de rédacteur web :

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Partager sur Facebook
Partager sur X
Partager sur LinkedIn

Publié par Georges Vigreux